vendredi 28 mai 2010

Continue to travel with me

Copy/past this link:

www.tribulastiontripstyle.blogspot.com

jeudi 6 mai 2010

My videotrip

samedi 23 janvier 2010

EPILOGUE, TIPS, ADVICES FOR A 9 MONTHS BACKPACKER TRIP IN AUST-ASIA, English Version

French version is availabe below.

If you want to be in my travel, read the message below with this music: http://www.youtube.com/watch?v=EkHTsc9PU2A#watch-main-area, not very original but I heard it absolutly everywhere I’ve been during all my trip, and now when I listen to it I have this little stuff in the belly that give me a huge smile.

You also have to imagine me relating this story with my French Hooooriiiibbbbble accent. Sorry to kill Shakespear language, my English mates forgive me in advance....all comments are more than welcome, enjoy.

PRELUDE

Incredible, magical, insane, wouaaaaaaaa, not enough adjectives to sum-up a trip like this.

With humour, cynicism and a detachment that I still don’t have, I’m gonna try to draw the balance sheet of these 10 last months.

My financial background would encourage me to make statistics, calculations and some averages but my literary tendency’ll probably win. Finally, to you who know me, you know that mix and confusion has always been states of facts in my life, that I assume today entirely. What ever my diction, humour, mood, here is my trip:

DREAM AND DISCOVERY

Spain, 1997:my first trip alone with my 3 best girls friend help me to realise that outside Switzerland people live, eat, work, dance and think differently and that wherever everybody laugh and cry the same. Where is therefore the border? For me, it doesn’t exist. A Swiss passport, worked hard to put some money aside and some courage and here it is.
Egypt, Morocco, Tunisia, Seychelles, the Maldives, Costa Rica, Cuba, Mexico, the West Coast of the United States, New York eleven times, Italy, Spain, Greece, Portugal, Germany, France, Turkey, Tchéquie, England, etc. I couldn’t stop there. The traveller virus had already hit me without any medicine avalaible on the market. From there I acquired a dream: making a round-trip-world, not in eighty days, but before my thirties.

THE DESIRE TO THE FEAR

A well paid job, no loan to the bank, no children, no husband and a boring daily-routine, all the ingredients were there to acheive my goal.

Having never wanted to search the hidden meaning of my life or the divine voice of wisdom, or Buddha who sleep (is it true?) in each of us, this trip was simply meant to be an exploration journey and it’s naturally that my lover at the time was part of the adventure. Australia, southeast Asia and South America, here is the plan in summer 2008. But plans never goes on the right way, isn't it?!

……


Autumn, 2008: my boyfriend left me

Winter, 2008: Fuck, What I’m gonna do???

January, 2009: Anxious, insomniake: I don’t want to leave alone!!!!!!!!!

January 31st, 2009: change of plan: make a school of three months in Australia and go on in southeast Asia later.

February 1st, 2009: I freak out

February 2nd, 2009: I freak out a LOT

February 26th, 2009: I freak out like hell

January 7th, 2010: I would never thank Seb enough for having left in his mountain, giving me the ultimate chance to travel alone 9 months; met fabulous people, lived incredible experiences and also have the feeling to be a strong girl than I would have never suspected.

STUFF

$$$

People always ask me the same question, so please find below my travel budget:

30 '000 CHF = overall Budget (the price of a car, and even not the nicest)

2 '000 CHF = plane ticket: Geneva – London – Bangkok – Sydney – Singapore – nothing – Bangkok – London – Geneva with Quantas (Australian company with tasteless food)

4 '700 CHF = 3 months in my Ozzi school

100 CHF per day = budget all inclusive (planes, transport, accommodation, food, leisures, etc.) in Australia for 3 and a half months

50 CHF a day = budget all inclusive (planes, transport, accommodation, food, leisures, etc.) in southeast Asia for 6

Add all expenses you make before leaving: vaccines, bag, medicaments, mosquito net, insurance...

With this budget I pleased myself particularly in Asia. Please notice that my daily was made of dormitories, a lot of buses and rudimentary guest houses. The D system, a good bargaining as well as a lot of patience are the keys to save money.

ITINERARY

The « MAP par moi »



Rigorously filled in my diary according to the months, here is a summary of the visited countries. As you will see, neither drastic geography, nor logical order, nor even links between borders. A trajectory only dictated by my desires of the moment, the people I met on the road and the sikness catched on the way. No need to organise a trip from A to Z, because your plan will change from the first week.

275 days. Departure on March 10th, 2009. Return on December 15th, 2009.


In chronological order :

1. Thailand – BK, Samui, BK, Pha-Ngan

2. Australia – Sydney, Melbourne, Hunter Valley, Wollongong (…), Cresdner Park, New Castle, Cairns, Airli Beach, Whitesunday, Hervey Bay, Fraser Island, Brisbane

3. Singapore

4. Indonesia (Java, Lombok, Bali)

5. Malaysia

6. Thailand – Phuket (brrr – not good), BK, Ko Phi Phi, Railay(splendid)

7. Cambodia

8. Thailand (Chang Mai – North)

9. Viet Nam

10. Laos

11. Thailand – BK

12. Singapore

13. The Philippines

14. Thailand, BK

15. Hong Kong

16. Thailand, BK

17. London

11 countries in 9 months. I’ve loved each countries in different way. I, However, had a crush on Vietnam and Indonesia. It’s subjective, it’s nice, it’s good, it’s exquisite.

MIX AND CONFUSION

26 landings and take-offs, not sugested to “plan-fearers”. Planes with aircraft propellers to check-in without metal detectors; you just have to pray before landing. A special big up to AirAsia, the Asian low cost company. Spent 2 '615 CHF on internal flights.




197 hours sitting in buses, so the equivalent of 8.2 days. So the equivalent of having spent 1 week and 1 day listenning to my favorite music hurting my back (and butt) in a bus. Special big up to the pink BEAUTIFUL Thai VIP buses!!!



THE UNFORGETTABLES

The road from Sydney to Hunter Valley with a beautiful blue Australian sky, an Ozzi fella and a nice good music car.

The celebration of my birthday, with my Georgia House and ACE mates in Sydney, a lot of fun, my friends thanks again.

The Wednesday evenings’ live-act in SydeBare (Sydney).

“Frazer Island” (Australia), its wild camping, its surrealist landscapes and the best crew ever.

My last evening in Sydney with my Australian crush.

A luxury week in Patrick’s place in Singapore.

The “magical powers” of the Gilis Island ( Lombok, Indonesia) with Ilinca and Igor.

The Bromo volcano (Java, Indonesia) at sun rise with 5 degrees. I have tears in eyes just to think of it.

The ruins of Borobudur (Java, Indonesia) at sunset.

The Cameron Highlands (Malaysia). Eating “Gruyère” cheese with my parents overhanging tea fields of this unusual and magical region.

A climbing day in Railay (Thailand) playing monkey on the cliff with a stunning view on the sea.

The most mystical and frightening place of my trip with my FAVORITE SISTA, the abandoned luxury hotel at the top of Bokor (Cambodia).

Snorkeling with minis-sharks in Ko Tao (Thailande).

Saigon and the deep change of scenery between this thousand million two-wheeled vehicles.

Along Bay for the nostalgia-romantic feelings that those landscapes inspire.

Hanoi, its swindles, its party and its dynamism.

The peaceness and beatitude of Luang Prabang (Laos).

The controversy of the Tubing in Vang Vien (Laos). http://www.youtube.com/watch?v=uSD4vsh1zDA

My beginning (and end) of career on Thai television.

A French wine-tasting “Beaujolais nouveau” in Singapore after months of abstinence.

The contemplation of the galaxy from a beach in the Philippines.

My last night in Hong Kong with my Swedish friends.

And thousands of new faces, trecks, beaches, holidays, surf, cynicism, alcohol, laughs, buses, tears and discoveries.

And some shitty stuff as well. Robbed with a knife in Chang Mai, catched bacterias in Laos, lost myself the firt day in the Philippines (very cool to be lost in Manilla...)

PACKPACKER FAIRY TALE

After some months with a backpack, you develop some automatisms very different from your country daily-routine.

You feel to be a « true » backpacker when :

You corrupted yourself and bought an horrible gunny bag...

You have six SIM cards in your purse…

Your wrists are not fashion at all with bracelets of all colours (tubing, Monk, Sapa, ...)...

You wear an horrible T-shirt «in the Tubing Van Vieng» (and you don’t give a shit!)...

Your backpack has holes...

You have already broken (or lost) 5 flip-flop shoes...

You don’t catch sunburns anymore…

You still bargain when you find a brand new bungalow with white and clean bedsheets, a TV and a mini-bar for 7 CHF the night…

You have no more time notion (are we in November or in December? and no need to speak about the day of the week)…

Your legs looks like the one of Mike Horn, engraved, cut, full of wounds and mosquitoes bites…

It’s the 11th time that you are in Bangkok, and you trade stuff with Kho San shop…

You’ve tested local beers of all countries…

Your accommodations standards allow you to be happy in one room without window with a small clean but iron bed…

You make at least 1 facebook friend a day and you stay connected with them…

You still call your Mam when you are sick…

You share your room (for financial reasons of course ;-)) with backpackers you know since one hour…

You know by heart the classics of Oasis and Bob Marley hummmmmm?!

You can say “cheers" in 20 different languages….

You are able to say if your new mate comes from London, Liverpool or Manchester…

You know exactly THE good line to cross the customs control…

You don’t complain any more…

You don’t cry any more…

You want to buy 20 bunk beds when you return home...

You can’t sleep anymore without noise...

You ask your neighbour in the subway where he/she goes and if he/she would like to go to drink a coffee or a beer…

You feel like living in a castle when you are in your 80 m2 flat…

In short, you feel like a reall backpacker when you don’t want to go back home.

THE FAITHFUL FRIENDS

Finally, some key objects will quickly become your best friends. I Left with a 20 kg bag, I came back with 15, which is enough to live and futhermore to be happy. In the order of utility:

The most important, the only one. The magical object: the passport

Two credit cards

One iPod and a pillow, for the hours spent in public transport

A first-aid kit , with anti-malariques, antibiotics, first helps and everything for “the babies bobos”

A good Lonely Planet (be careful in Asia you find them for nothing but sometimes pages are missing...or stuck)

Books, you can almost exchanged them everywhere

A mobile phone (optional)

A cashmere jacket which takes no place in your bag but which is your best friend in planes, buses and at the top of a volcano

A notebook and a pen, for Facebook contacts, good plans, rates of exchange, etc.

A Swiss knife and a spoon (for yoghurts in petrol stations ;-)

Tissues (very important), an anti-mosquito 80 %, a mosquito net (optional), a sleeping bag, a “meat bag” (kind of cotton sleeping bag), a microfibres towel in pliers with linens to spread your linen with a rope, a steel chain to block your door, padlocks, a torch (for the frequent cuts of electricities) and a lot of phlegm for all the unexpected moment!

You can buy/exange everything else while travelling, but don’t forget to bring a good pair of sneaker and a swimsuit.

A dairy (I strongly recommend the Molenski), to relate everything and never forget.

THE E.N.D.

It’s probalby the hardest part of this message, trying to be objective and clearly expressing what this travel gave me. Explaining how much happiness I have now without falling into melodrama.

Impossible not to name people met on the road. The Australians, people of ancient prisoners with relaxed and friendly temperaments. The Asians of southeast Asia, the dynamism of the Vietnameses, the carelessness of the Laotians and the very ritual oriented Thai; nevertheless a common denominator: humility, virtuousness, kindness and warmness of these people.

The chance I got to met traveller from all around the word, and the solidarity which settles between us. The tolerance in the human contact, the opend-mind spirits, the spontaneity and the bond you can easily create while travelling.

I met extraordinary people, from the “standard” English student to the retired Irish priest, I have anecdotes and stories for a all generation.

Young, old, rich, poor, good lucking, ugly, ALL, and I really mean all brought me somethings, made me accomplish an obviousness, taught me something, filled my life of a story and therefore of a new experience.

ONE LOVE for all the travellers I met giving me the chance to have an unforgettable and intense experience (and you are (more than) welcome to Lausanne if you come in Switzerland).

To sum up I would say this: put your fear aside, be couragous, follow your dreams, escape from your day to day routine, explores, discovers, love, cry, DAMN, LIVE!
And a souvenir for me who always get lost...




PS: I'm working on a new blog, follow me here

PSII: Please leave your impressions and tips for the others

PSIII: ONE LOVE

samedi 9 janvier 2010

EPILOGUE, TIPS, ADVICES FOR A 9 MONTHS BACKPACKER TRIP IN AUST-ASIA

English version'll available ASAP. One love.
PRELUDE

Incroyable, magique, démentiel, inédit, wouaaaaaaaa, pas assez d’adjectifs pour épiloguer un voyage comme celui-ci.
Avec une pointe d’humour, un petit cynisme et un recul que je n’ai toujours pas, je vais essayer de tirer le bilan de ces 10 derniers mois.

Mon background financier me pousserais à faire des tableaux, des statistiques, des calculs et quelques moyennes mais mon penchant littéraire risque de prendre le dessus. Enfin, vous qui me connaissez, vous savez que le mix et la confusion ont toujours été des états de faits dans ma vie, que j’assume aujourd’hui pleinement. Au diable la logique, la diction, l’humour, l’humeur, voici mon voyage :

LE RÊVE & L'ESPRIT DE DECOUVERTE

Ouchy, juin 1997 : Un bus Badan. Rien de plus standard. Et pourtant. Dix-sept ans, trois p’tites pisseuse qui trépignent d’impatiente à l’idée de partir seule en Espagne. L’excitation, la découverte, le risque, les odeurs, les couleurs et tout cela pour arriver à… Lioret Del Mar ; et oui, nous aurions pu faire plus exotique, mais tout de même. A partir de là, plus rien ne pouvais m’arrêter dans ma quête de découverte. Réaliser qu’en dehors de la Suisse des gens vivent, mangent, travaillent, dansent, réfléchissent et pensent différemment et que pourtant (je sais, c’est extrêmement bateau, mais c’est vrai) tout le monde rient et pleurent de la même façon. Où se trouve donc la limite ? Pour moi, elle n’existe pas. Un passeport avec la croix-blanche, de l’huile de coude pour mettre de l’argent de côté et une petite dose de courage et le tour est joué.
L’Egypte, le Maroc, la Tunisie, les Seychelles, les Maldives, le Costa Rica, Cuba, le Mexique, la Côte Ouest des Etats-Unis, New-York onze fois, l’Italie, l’Espagne, la Grèce, le Portugal, l’Allemagne, la France, la Turquie, la Tchéquie, l’Angleterre, ect. Je ne pouvais m’arrêter là. Le syndrome du voyageur m’avait déjà frappé sans antidotes sur le marché. De là n’acquît un rêve, celui de faire le tour du monde, non en quatre-vingts jours, mais avant mes trente ans.

DE L'ENVIE A LA TROUILLE

Un travail bien payé, aucun prêt à la banque, pas d’enfants, pas de mari et un quotidien qui manquait foncièrement de piquant, il ne m’en fallait pas plus pour mettre mon plan à exécution.
N’ayant jamais voulu rechercher le sens caché de ma vie ou la voix de la sagesse divine, ou encore le Buddha qui sommeil (est-vrai ?) en chacun de nous, ce voyage se voulait simplement du domaine de l’exploration et c’est donc naturellement que mon amoureux de l’époque devait faire parti de l’aventure. Australie, Asie du Sud-Est et Amérique du Sud, voilà le plan en été 2008. Ce que tout le monde sait déjà, mais qui, lorsqu’on le vit éveille toujours quelques surprises est que les choses ne se passent jamais comme prévu dans la vie…

Automne 2008 : mon copain me quitte
Hiver 2008 : Putain je fais quoi ????????
Janvier 2009 : au fond du trou la Mily.
Suite de janvier 2009 : le cœur carré-bossu, des crises d’angoisses, des insomnies : j’veux pas partir seule !!!!!!!!! Où plutôt - je reformule : j’ai une trouille bleu de partir seule !!!!!!
Fin janvier 2009 : il FAUT que je vive mon rêve
31 janvier 2009 : changement de plan pour me donner le courage voulu : faire une école de trois mois en Australie et continuer en Asie du Sud-est par la suite.
1 février 2009 : je flippe
2 février 2009 : je flippe beaucoup
26 février 2009 : je flippe à mort
9 mars 2009 : je suis au bord de l’apoplexie.
7 janvier 2010 : je ne remercierais jamais assez Seb de s’être tiré dans sa montagne, me laissant la chance ultime et inespérée d’avoir bourlingué seule durant 9 mois et d’avoir rencontré des gens fabuleux, vécu des expériences hors du commun et aussi d’être devenue une adulte bien plus forte que je ne l’aurais jamais soupçonné. (Au fond, je l’ai peut être trouvé mon Buddha…)

C'EST BRUT - C'EST FACTUEL - C'EST BEAU
$$$

Parlons argents, on me pose toujours les mêmes questions donc voici les réponses, mes comptes en banque (vides) n’auront ensuite plus aucuns secrets pour vous :

30'000 CHF = Budget total (le prix d’une voiture, et même pas la plus belle)

2'000 CHF = billet d’avion : Genève – Londres – Bangkok – Sydney – Singapour – rien – Bangkok – Londres – Genève avec Quantas (compagnie Australienne à la nourriture insipide)

4'700 CHF = Le coût de 3 mois d’école à la ACE pour passer l’Advanced Certificat

100 CHF par jour= budget tout compris (avions, transports, logements, nourritures, loisirs, etc.) en Australie durant 3 mois et demi

50 CHF par jour = budget tout compris (avions, transports, logements, nourritures, loisirs, etc.) en Asie du Sud-est durant 6 mois

Plus tout les frais avant le voyage : vaccins, sac, médicaments, moustiquaire, assurances, restaurants et bistrots avec tout les ami(e)s qui vont terriblement te manquer avant ton départ.

Avec ce budget là, je me suis fait plaisir, particulièrement en Asie. Sachant également que mon quotidien était fait de dortoirs, de buses locaux et de petites guest houses rudimentaires. Le système D, un bon marchandage ainsi que beaucoup de patience peuvent faire varier le budget du simple au triple.

ITINERAIRE

En exclusivité vous avez le droit à la « MAP par moi »


Rigoureusement remplie dans mon journal au fur et à mesure des mois, voici un résumé des pays visités. Comme vous pourrez le constater, ni géographie drastique, ni ordre logique, ni même un semblant de lien entre les frontières. Une trajectoire uniquement dictée par mes envies du moment, les rencontres faites sur la route, les maladies de passages ainsi que les petits enquiquinements de parcours. De toute façon, et tout les voyageurs vous dirons la même chose, inutile de prévoir un voyage comme ceci de A à Z, car vos plans changeront dès la première semaine….

275 jours de voyages. Départ le 10 mars 2009. Retour le 15 décembre 2009.

Dans l’ordre chronologique :

1. Thaïlande – Ko Samui, Ko Pha-Ngan

2. Australie – Sydney, Melbourne, Hunter Valley, Wollongong (…), Cresdner Park, New Castle, Cairns, Airlie Beach, Whitesunday, Hervey Bay, Fraser Island, Brisbane

3. Singapour

4. Indonésie (Java, Lombok, Bali)

5. Malaisie

6. Thaïlande – Phuket (brrr – pas bien), Ko Phi Phi, Railay (magnifique)

7. Cambodge

8. Thaïlande (Chang Mai – Nord), BKK, Ko Pha Ngan, Ko Tao

9. Viet Nam

10. Laos

11. Thaïlande – BKK

12. Singapore

13. Les Philippines

14. Thaïlande

15. Hong Kong

16. Thaïlande

17. Londres

11 pays en 9 mois. Tout les pays mon plu de façon diverses et variés. Mes coups de cœur se portent cependant sur le Vietnam et l’Indonésie. C’est subjective, c’est beau, c’est bon, c’est exquis.

MIX & CONFUSION

Du tout du rien, les moments qui ont fait mon voyage.



26 atterrissages et décollages, déconseillés pour les peureux. Des avions à hélices aux check-in sans détecteurs de métaux ; les vols internes se sont parfois transformés en parfaite bouffé d’adrénaline. Enfin, un spécial big up à AirAsia qui m’a permit de voyager à moindre coup. Dépensé 2'615 CHF pour les vols internes.



197 heures passée dans les buses, soit l’équivalent de 8.2 jours, soit comme si j’avais passée une semaine et un jour sans interruption à me casser le dos et à écouter toute mes musiques préférés entre les poules et les rideaux roses des buses Thaïlandais « VIP », hihi.

LES INOUBLIABLES

La route de Sydney à Hunter Valley sous un ciel Australien bleu Azure dans une décapotable à tailler la route avec un Sydnésyder, la musique à coin et le cœur léger.

Mes 29 ans à la Georgia House (Sydney) avec des gens incroyables et des rires pleins les murs.

Les mercredis soir live-act au SydeBare (Sydney). One love. (« and what’s going on, and I say ...”)

L’île de sable de Frazer Island (Australie), son camping sauvage, ses paysages surréalistes et la meilleure équipe possiblement imaginable.

Mon dernier soir à Sydney avec mon crush Australien.

La délectation d’une semaine grand luxe chez mon ami Patrick à Singapour.

Les pouvoirs magiques des Gilis Island avec Ilinca et Igor.

Le lever du soleil à 5 heures du matin à 5 degrés du volcan Bromo à Java. J’en ai les larmes aux yeux rien que d’y penser.

Les ruines de Borobudur (Java) au coucher du soleil entrain de jouer les stars.

Les Cameron Highlands (Malaisie) entrain de déguster du Gruyère avec mes parents surplombant les champs de thé de cette région insolite et magique.

Une journée de grimpe sur des falaises féériques surplombants la mer à Railay (Thaïlande)

L’endroit le plus mystique et effrayant de mon voyage, le palace abandonné au sommet du Bokor (Cambodge). Incroyables sensations.

Le snorkeling entre des minis-requins sur l’île de Ko Tao (Thaïlande)

Saigon et son dépaysement profond entre ces milliers de millions de deux-roues.

La Baie D’Along pour la nostalgie-romantique que ces paysages inspirent.

Hanoi, ses arnaques, ses fêtes et son dynamisme.

Le calme et la béatitude de Luang Prabang (Laos) où j’ai passée quart jours totalement seule en pleine sérénité.

La déchéance et la controverse du Tubing de Vang Vien (Laos) (“I have the feeling, houhou, that tonight’s gonna be …”)

Mes débuts (et fin) de carrière à la télévision Thaïlandaise.

Une dégustation de Beaujolais Nouveau à Singapour après des mois d’abstinence forcé de vin. Délectant.

La contemplation de la galaxie, refaisant le monde d’une plage paradisiaque des Philippines.

Ma dernière nuit à Hong Kong avec mon crush Suédois.

Et des milliers de rencontres, de trecks, de plages, de fêtes, de surf, de cynisme, d’alcool, de rires, de buses, de pleurs, de découvertes, de retrouvailles, d’amour… et d’eau fraîche.

Mais même si le cerveau à tendance à ne se rappeler que des moments positifs, j’ai aussi vécu des moments durs, voir choquants, mais surtout formateurs :

Crises d’angoisses à Melbourne, et le pire c’est que je ne sais toujours pas pourquoi - quand le corps est plus fort que la raison.

Une agression au couteau durant la nuit pour me voler mon sac à Chang Mai. (Plus de peur que de mal, mais perdu à jamais ma vulnérabilité et ma naïveté)
Plus que l’agression en elle-même (tu ne réalises pas vraiment ce qui t’arrive sur le moment) c’est le lendemain que cet incident à pris la pire des formes. Après des heures au commissariat de police, ayant dormi 2 heures la nuit précédente, on me fait revivre trois fois la nuit d’avant. Je n’ai craqué seulement, lorsque le soir d’après, et n’ayant rien mangé depuis 24 heures, je me décide à aller manger un truc. Paralysée par la peur de me balader seule la nuit et revoyant mon agresseur à tout les coins de rues, j’avise une pizzeria lugubre en face de ma guesthouse. Lorsque la tranche de pizza ignoble arrive devant moi à la lueur des néons morbides, c’est dans une crise de larmes que je m’effondre, observant un couple amoureux à côté de moi, et pleurnichant sur mon sort de me dire « putain, c’est tellement plus facile quand tu es deux… »

Enchainons sur les maladies, ces petites bactéries qui te pourrissent la vie durant ton voyage et qui te retardent dans tes tronçons, et quand tu es vraiment très malchanceux (comme moi) et que pour une question de visa, tu dois quitter un pays avec une tourista super puissante dans un bus de nuit, ben là tu l’a ramasse comme jamais.
L’aire conditionnée m’a rendu malade presque tous les mois. Refroidissement, bronchites, sinusites. Mais rien n’est comparable à ma gastro attrapé au Laos, où, après des pointes à 39 de fière durant trois jours, j’ai finalement finis à l’hôpital. Comme toujours plus de peur que de mal. Et peut être encore quelques petits souvenirs ramenés en suisse…

Et tout ces moments pas faciles où tu arrives dans une nouvelle ville, seule, au milieu de la nuit et où tu as intérêt à ne pas paniquer, avec un spécial big up à Manille.

Mais ces moments font par-entière de mon voyage. Je ne les renies pas et je m’estime plutôt heureuse de n’avoir rien eu de plus grave. Ils m’ont beaucoup appris sur moi et m’on rendu bien plus forte.

VOYAGEUES TU ES, VOYAGEUSE TU RESTERA

Après quelques mois avec un sac à dos pour seule ressource matérielle, tu développes des automatismes bien différent de ton quotidien. Et tu te sens une vrai backpackeuse devant l’éternelle quand…

… Tu t’es corrompue et que tu as finis par acheter un horrible sac en jute (très pratique, soit dit)

… Tu as six cartes SIM qui traînent dans ton porte-monnaie

….Tes poignés sont bordés de bracelets de toutes les couleurs, chacuns représentants un endroit qui t’a touché (mais que tu n’aurais même pas acquit durant ton adolescence au Paléo !)

… Tu portes une horrible liquette « in the Tubing Van Vieng » (et tu t’en fou !)

… Ton sac à dos commence à avoir des trous

… Tu as déjà cassée (ou perdu mais celles-ci arrivent dans une autre catégorie) 5 pairs de schlaps

…Tu ne prends plus de coup de soleil

… Tu marchandes encore lorsque tu trouves un bungalow flambant neuf avec de la vrai literie propre et blanche, une TV et un mini-bar pour 7 CHF la nuit

… Tu connais les meilleures places où t’asseoir dans le bus

… Tu n’a plus aucune notion du temps (on est en novembre ou en décembre ? et inutile de parler des jours de la semaine)

… Tes jambes ressembles à celles de Nicola Hulo, burinées, coupées, pleines de plaies et de piqûres de moustiques

… C’est la 11ième fois que tu te retrouves à Bangkok, et que tu troques tes affaires avec les marchands de Kho San

… Tu as testé les bières locales de tous les pays

…. Tes standards d’hébergements te permette d’être heureuse dans un chambre sans fenêtre avec un petit lit en fer mais propre

… Tu te fais au moins 1 facebook friend par jour et que tu te donne des rendez-vous via ce moyen de communication

… Tu appels toujours ta maman quand tu es malade

… Tu partages ta chambre (pour des raisons financières bien sûr ;-) ) avec des voyageurs que tu connais depuis une heure

… La mémoire de ton ordinateur portable est saturée par toutes les spots que tu as immortalisés

… Tu chantes à tue-tête sur les classiques d’Oasis et de Bob Marley… hummmmmm ?!

….Tu sais dire « santé » en 20 différentes langues

… Tu peux dire avec certitude si ton nouveau copain voyageur vient de Londres, de Liverpool ou de Manchester

… Tu connais exactement LA bonne fille d’attente pour passer le contrôle douanier

… Tu ne te plains plus

… Tu ne pleures plus

…Tu as envie de meubler ton appartement de 20 lits-superposés une fois rentré à la maison

… Tu n’arrives plus à dormir sans bruits ambiants

… Tu demandes à ton voisin dans le M2 où il/elle va et si il/elle veux aller boire un café ou une bière

… Tu as l’impression de vivre dans un château lorsque tu te retrouves dans ton appartement Lausannois de 80 m2.

Bref, tu te sens une vrai voyageuse quand tu n’a plus envie de rentrer à la maison.

MES AMIS FIDELES, LES INDISPENSABLES DU VOYAGES

Finalement, quelques objets clés deviendront vite tes meilleurs amis. Partie avec un sac de 20 kg, je suis revenu avec 15, amplement suffisant pour vivre et être heureuse. Mais sans ces quelques objets les choses auraient été bien plus compliqué…Dans l’ordre d’utilité :

L’ultime, le plus important, le seul, le vrai. L’objet magique : le passeport

Deux cartes de crédit. Une que tu gardes sur toi et l’autre que tu laisses dans ta chambre, planqué dans un renfort de soutien-gorge

Un I Pod et un coussin gonflable, indispensable pour les heures passée dans les transports

Une trousse à médicaments, avec anti-malariques, antibiotiques, premiers secours et tout pour les petits bobos. Ils m’ont bien souvent sauvé la vie.

Un bon Lonely Planet

Des bouquins à échanger presque partout

Un téléphone portable (optionnel)

Une jaquette en cashmere qui ne prend aucune place dans ton sac mais qui est ton meilleur ami dans les avions, buses et au sommet d’un volcan

Un calepin et un stylo, pour les adresses Facebook, les bons plans, les taux de changes, ect

Un couteau suisse et une cuillère (pour les yogourts dans les stations services ;-))

Des mouchoirs (TRES important), un anti-moustique 80%, une moustiquaire (optionnel), un sac de couchage, un sac à viande (sorte de sac de couchage en coton, extrêmement pratique lorsque la literie te donnes juste envi de te jeter par la fenêtre !), une taille d’oreiller, une serviette en microfibres, des pinces à linges pour étendre ton linge avec une corde, une chaîne en acier pour bloquer ta porte, des cadenas, une torche (pour les fréquentes coupures d’électricités) et beaucoup de flegme pour tout les imprévus !

Tout le reste est achetable et troquable sur place. Mais bien sûr, ne fait pas l’impasse sur une bonne paire de basket et un maillot de bain.

Un journal de bord, pour ne jamais oublier et tout relater


LE MOT DE LA FIN... SI FIN IL Y A

L’exercice le plus compliqué de mon voyage. Tirer des conclusions objectives. Je ne saurais comment relater le bonheur que m’a apporté ces mois de voyages, sans tomber dans du mélo.

Impossible de ne pas citer les gens rencontrés sur ma route. Les Australiens, peuples d’anciens prisonniers aux tempéraments relax et amicaux. Les Asiatiques d’Asie du Sud-est, du dynamisme des Vietnamiens à la nonchalance des Laotiens en passant par les convenances rituelles des Thaïlandais ; un dénominateur commun : l’humilité, la pudeur, la gentillesse et la chaleur de ces peuples.

Le tour du monde fait grâce à la diversité des voyageurs rencontrés sur mon chemin et l’esprit de solidarité incontestable qui s’établit entre nous. La tolérance qui s’insinue naturellement avec les amis de passages. Beaucoup de gens pensent que les relations de voyages sont très éphémères, je ne suis que moyennement d’accord avec cela ; sortis d’un contexte spécifique, les rencontres deviennent de plus en plus enrichissantes, de plus en plus profondes et superficielles. Paradoxale ? Bien sûr, on prend ce qui nous plait et on trace notre route pour les autres, et nous sommes tous les même, néanmoins tu te retrouves avec des gens dont tu n’aurais jamais soupçonnée un jour partagé un Pad Thai.
J’ai rencontré des gens extraordinaires, de l’étudiants Anglais au pasteur retraité Irlandais, j’ai des anecdotes et des histoires à remplir des générations de livres de comptes.
Des jeunes, des vieux, des riches, des pauvres, des beaux, des moches, des estropiés de la vie aux fils de riche qui voyagent avec l’argent de papa maman, tous, je dis bien, tous m’ont apporté quelques choses, m’ont fait réaliser une évidence, m’ont enseigné, m’ont rempli ma vie d’une histoire de plus et donc d’une expérience nouvelle. ONE LOVE pour tous les gens qui ont croisé mon chemin rendant cette expérience inoubliable et intense (et vous êtes bien sûr invité chez moi si un jour vous passez par la suisse)

Bêtement, anti-intellectualisant, si je ne devais écrire qu’une phrase je dirais ceci : mets tes peurs de côté, arme toi de courage, vis tes rêves, échappe toi de ton quotidien, explore, découvre, aime, laisse toi aller, pleures, angoisses, lâche-toi, crie, PUTAIN VIT. Voilà, et cela de la manière qu’il te plait, pour moi ça aura été ce voyage pour toi il s’agira d’autre chose, mais tout est possible si tu mets les chances de ton côté. (Houlala je pourrais presque bientôt aller coacher les voyantes de MCM…)

Et un p’tit souvenir pour la route, moi qui me perd toujours…


PS II: Un autre blogue est en cours de préparation, si vous avez aimé me lire suivez moi encore pour de l'insolites, des réfléxions et quelques proses Emilyennes. A suivre ici.
PS: Un énorme big up à ma sista qui m'a énormément aidé durant tout mon périple (je te revaudrais cela), à ma famille, mes amis. Vous aimes fort, à jamais dans mon coeur, peu importe où le vent m'emportera

lundi 4 janvier 2010

The dilema

Don't know where to begin to end such an amazing experience.

mercredi 16 décembre 2009

London u rock

Crazy transition: after 9 months under the sun, I stopped in London during 4 days. The feeling to be back in Europe is very interesting, everything looks different and I spent a lot of time just looking at stuff, trying to aclimatize myself to the old continent. Really amazing, I love London, culturel, nationality-mix, artistic, exentric and charming. I could easily live in this city. I met my partent and sister for the weekend and it's good to be with them hanging out in the city.
One love.

I already miss all the people I met during my travel, u are the best and a special big up for my English mates.


Pour une transition en douceur quoi de mieux que le flegme Britannique? Rien, of course.
D'autant plus que les Anglais arrivent en première position des voyageurs les plus rencontré tout au long de mon voyage. Rien ne les arrêtes, de 7 à 77 ans ces anciens colons ont l'âme de la découverte et cette singularité qui leurs va si bien.

C'est donc avec des tongs, un jeans et une petite jacket que je débarque sur le vieux continent après 9 mois de tribulation sous le soleil. Brrrrrrrrrrr, le train, un tube bondé d'homme d'affaire et une température peu clémente m'aceuillent à 6 heures du matin sur le sol Londonien. Une sieste dans un dortoir hors de prix et je me lance tel un chat d'appartement dans les rues. Quel choc!
Le froid, les voitures Européennes, les distributeurs d'argents, les vieux bâtiments en briques rouges, les magasins, la dynamique, le style des gens, les cafés hors de prix, les passages piétons(!!!!) , la mixité culturelle et l'histoire qui se cache à tout les coins de rues me laissent perplexe. Je souhaite à chacun de vivre un jour cette expérience, voir les choses d'un oeil neuf et serein, c'est phénoménal.

Me sentant tellement décalé, c'est à peine si je fais des clins d'oeil aux Asiatiques que je croise, les ayant maintenant totalement assimilé à mon quotidien et devenant du coup des compatriotes.

Un passage dans un Oxford Steet plus que bondé, m'oblige à me trouver les rudiments hivernaux d'une nouvelle carde robe.
J'observe: les excentriques, la société de consommation, le style des gens, l'individualisme qui oblige chaque Anglais à ne jamais te regarder où te toucher sous prétexte de liberté... C'est drôle, intéressant, enrichissant. J'aime être dans ce rôle et cette ville me touche, m'absorbe, me guide et me séduit. Durant 2 jours, je flâne dans les rues, écoute, regarde, analyse et apprécie l'Europe à sa juste valeur; ses cafés, sa culture, ses musées, ses concerts, son esprit décalé et son humour incontestable.

Pour l'anniversaire de ma p'tite maman nous nous retrouvons tous à Londres pour le weekend. Me voici donc en famille en Europe, heureuse et fière d'avoir accompli ce voyage de fou, qui restera sans doute, une des plus belles expériences de ma vie. ONE LOVE.




L'épilogue de mon voyage sera mon ultime message, je le souhaite long, touchant et respirant ce que j'ai vécu. A voir tout bientôt sur mon blog.

lundi 7 décembre 2009

Hong Kong

When you haven't planned at all to go to China, you always find a weekend to see stunning Hong Kong. Crazy crowded city. On a whim...



One love to my Swedish friend.

In Bangkok for the last time and soon: family, friends, cheese, Fendant and French speaker!!!!!